Richard Miller


Enjeux politiques du combat entre saint Georges et le dragon

On ne peut proposer une lecture politique des circonstances qui ont conduit saint Georges à combattre le dragon – sauver la fille du roi, offerte en sacrifice -, sans se référer aux travaux que Jacques Le Goff a consacrés aux deux figures nouvelles sur lesquelles s’est constituée la société médiévale : le saint et le roi[1].La mutation de la (...)

Lire la suite...

Richard Miller, le 23 avril 2019

Causerie littéraire avec Willy Lefèvre

Causerie littéraire avec Willy LefèvreMerci aux plus de 5000 personnes à avoir visionné et écouté cette heure, enregistrée en juillet 2018, de causerie et de confidence avec Willy Lefèvre !

Lire la suite...

Richard Miller, le 20 août 2018

Les portraits-devenir peints par Charles Szymkowicz

Les portraits-devenir peints par Charles Szymkowicz « … la rencontre d’un visage qui, à la fois, donne et dérobe autrui »Emmanuel Levinas, Le temps et l’autreNulle question ici de « portraits-souvenir[1]». Charles Szymkowicz n’est pas le peintre de ce qui a été et qui ne sera plus. C’est là un premier écueil (...)

Lire la suite...

Richard Miller, le 16 juillet 2017

MARBIE, STAR de Couillu les 2 Eglises - éléments d'analyse par Richard Miller

S’il est banal de rappeler qu’un film peut séduire de différentes façons - séduire différemment différentes personnes, mais aussi séduire une même personne pour des raisons différentes - un tel rappel n’est pas sans intérêt dans le cas de Marbie Star de Couillu-les-2-Eglises. Après avoir vu le film de Dominique Smeets, qualifié voire baptisé « d’improbable », cette question « pourquoi un film me plaît ou non » ne m’a pas lâché.

J’aime ce film, et j’ai vécu, lors de (...)

Lire la suite...

Richard Miller, le 23 avril 2014

Enfants admis

ENTRETIEN

Quentin Tarantino fait rarement dans la dentelle. Django Unchained, son petit dernier à la sauce spaghetti western, dégouline d’hémoglobine. Aussi le sang de Richard Miller n’a fait qu’un tour en voyant dès hier que le film était diffusé en Belgique avec la mention « enfants admis ». Le sénateur MR, qui tente de légiférer en la matière depuis 2002, a saisi l’occasion pour dégainer à nouveau sa proposition de loi.

Vous sortez à l’instant d’une vision de « Django (...)

Lire la suite...

Philippe Manche et Xavier Flament, le 17 janvier 2013

Hugo Cabret : la création selon Scorsese

Martin Scorsese a porté à l’écran[1] le roman de Brian Selznick, L’invention de Hugo Cabret[2]. Le résultat est un superbe moment de plaisir – que le réalisateur de Taxi Driver adresse également, pour la première fois, à un public « enfants admis » - doublé d’une interrogation sur la paternité. Paternité génétique, et artistique. Artificielle, et naturelle.

Dans ce cadre, Scorsese introduit de façon discrète mais constante des composantes mythiques articulées à la (...)

Lire la suite...

Richard Miller, le 29 juillet 2012

« Rien à déclarer », mais beaucoup à dire…

Comme le public très nombreux qui avait ri tant et plus avec « Bienvenue chez les Ch’tis », je me demandais comment Dany Boon allait s’en sortir avec « Rien à déclarer ». Je le dis d’emblée, j’ai aimé le film, mais curieusement pour d’autre raisons que celles que j’attendais.

Commençons par ne pas bouder notre plaisir : « Rien à déclarer » est un film qui fait rire et – fonction première du cinéma – qui offre un grand moment de plaisir. Dany Boon redécouvre quelques (...)

Lire la suite...

Richard Miller, le 14 février 2011

Préface à "Thomas est amoureux" de Pierre-Paul Renders

Préface à Pierre-Paul Renders Thomas est amoureux, Propos recueillis par Alain Van Smidt, Paris, La Différence (ABAC Wallonie), 2001, pp.9-10.

Je suis heureux que cette série de monographies consacrées aux créateurs de notre Communauté française Wallonie-Bruxelles ait pu s’inaugurer par une présentation du réalisateur Pierre-paul Renders et de son premier long métrage : coup d’essai, coup de maître ! Ce film, en effet, aborde sans agressivité aucune, tout en douceur, avec humour et (...)

Lire la suite...

Richard Miller, le 7 novembre 2010

Quentin Tarantino et la « vengeance » du peuple juif

Au moment où Quentin Tarantino préside la prestigieuse Mostra de Venise, le présent texte se veut un hommage rendu à un grand créateur d’images, de mots et de sensations. Et puisque son dernier film, Inglourious Basterds, se situait sur le terrain de l’Histoire – la guerre contre le nazisme – nous tenterons de le voir politiquement, en fonction notamment de la reprise en ce même début septembre des négociations israélo–palestiniennes à Washington.

Il y eut, tout d’abord, un malaise (...)

Lire la suite...

Richard Miller, le 8 septembre 2010

La vengeance du peuple juif selon Tarantino

Inglourious Basterds de Quentin Tarantino « projette » les spectateurs que nous sommes au cœur d’une question essentielle. En atteste le malaise diffus, le parfum de polémique pressenti sous la plume de différents critiques. Ainsi Jean-Luc Douin signe un excellent article intitulé « A-t-on le droit de jouer avec Adolph ? », et conclut par ces mots : « Nous ne sommes pas ici dans le démenti ni dans le révisionnisme. Juste sur un terrain délicat » (Le Monde, 19/8/2009). Tarantino est-il allé (...)

Lire la suite...

Richard Miller, le 9 septembre 2009

Le 7ème art de la démocratie

Ce texte a été publié sous des formes légèrement différentes par les quotidiens Le Soir et l’Echo, le 1er février 2007

A l’instar de ce que fut le théâtre pour la démocratie athénienne, le cinéma, en tant qu’il est à la fois création, technologie et industrie, est le lieu où les démocraties, dans le monde/mondialisé d’aujourd’hui, se montrent, se voient et s’interrogent. Sur la page blanche de l’écran, celle révélée par la splendide ouverture des Hommes du Président (...)

Lire la suite...

Richard Miller, le 1 février 2007

« Syriana » de Stephen Gaghan

« Syriana » est le mot utilisé par la CIA pour désigner une vision remodelée du Moyen-Orient, de cette région du monde qui a vu naître les civilisations et les monothéismes. Région aussi où, depuis les Perses et les Grecs, se sont toujours succédé les conflits avec l’Occident.

Ce film de Stephen Gaghan, produit par la Warner, donc par l’industrie cinématographique hollywoodienne, est le premier à filmer la dimension géo-économico-politique de la mondialisation. Ce qui en fait une (...)

Lire la suite...

Richard Miller, le 19 avril 2006